Les polluants atmosphériques interieurs

Publié le par tpe-sante-et-pollution

Grace à la chimie les voitures sont de plus en plus rapides, les produits de beauté se multiplient et les plats culinaires sont déjà préparés. Cela fait maintenant parti du quotidien, mais ce confort croissant nuit gravement à l’organisme. Nous passons entre 70 et 90% de notre temps dans des lieux clos : travail, école, loisirs, habitation, voiture, etc.… et la pollution qui y demeure est considérable.

Nous connaissons en partie l’origine de cette pollution:

 

* Les équipements fixes (matériaux de construction, isolation, panneaux d’aggloméré, amiante)

* Les systèmes d’air conditionnée, défaillants ou mal entretenus, qui peuvent altérer la qualité de l’air.

* La pénétration de l’air extérieur

* Divers produits (peinture, vernis, traitement des matériaux,)

* Les COV : substances composées de carbone et d’hydrogène présents dans la plupart des matériaux de construction. C’est un gaz incolore fortement irritant, classé cancérogène pour l’homme depuis juin 2004 en France Ils constituent une nouvelle source de pollution de l’air ambiant des maisons. Ils peuvent s’évaporer pendant des mois et des années. L’un des plus nocifs est actuellement le Formaldéhyde (un combiné chimique dérivé du Formol). Ses émissions varient en fonction du taux d’humidité et de température de la pièce. Plus l’ambiance de la pièce sera chaude et humide et plus les dégagements de formaldéhyde seront importants.

* Vaporisateurs (parfums, déodorants)

* Le comportement des habitants : hygiène (moisissure, manque d’aération, présence d’insectes, d’acariens)

 

La liste ci-dessus n’est qu’un échantillon des polluants contaminants notre environnement proche. De nombreuses études scientifiques ont été réalisées afin de démontrer leur impact sur la sante publique sans pour autant aboutir car l’exposition à faibles doses est difficile à quantifier et les périodes de latence entre l'exposition et l'apparition de la maladie son très longues.

 

Publié dans Polluants

Commenter cet article